Sidobre terre de légende

le Nord-Ouest du Sidobre

Certes, c'est un secteur moins riche en curiosités que le précédent mais la vallée du Lignon, (ruisseau principal de la moitié nord du Sidobre) qui le traverse recelle, en premier lieu, une belle rivière de rochers.

 

En aval du lac du Merle, c'est le chaos de Feuillebois qui lui fait suite. 

Comme son nom le laisse présumer, il chemine dans un sous-bois. De 

par la proximité de la route, c'est un des chaos les plus accessibles du Sidobre. Dans son prolongement, c'est le chaos de la Resse, du nom d'un moulin qui est en ruine depuis longtemps.

Evidemment, vous devinerez aisément qu'il se cache parmi tous ces gros cailloux des rocs qui tremblent et de manière aisée. C'est alors que vous vous prendrez au jeu de savoir lequel oscillera le mieux en sautant sur les masses à pieds joints. Là aussi, les rochers de taille modeste par rapport à d'autres chaos facilitent l'exploration.

 

Au bout de cette rivière de rochers, il est fort logique de tomber sur le rocher tremblant....de la Barque. Le cours du Lignon étant tumultueux, celle-ci se présente comme si elle venait de chavirer.

Le balant sera facile à obtenir en se positionnant sur son extrémité.

 

Située tout près de la D 30, la grotte de l'Allumétaïre, nommée également "Chalet du Club alpin" par Raymond NAUZIERES constitue un ensemble remarquable qui gagnerait à être plus connu. D'une part parce qu'il a une légende que voici :

 

" Qual me croumpo, qual n'en bol" (Qui m'en achète, qui en veut ?) criait dans les rues l'Allumétaïre qui fabriquait, il y a un siècle, des allumettes de contrebande, dans une balme que Nauzière appela : grotte du Club alpin. Cet ermite prenait quelquefois en horreur sa solitude et recherchait alors les bergères qui gardaient leurs "fédos" (brebis) entre les rochers. Il n'admettait pas de refus et leur faisait même violence ! L'une d'entre elles, dit-on, voulut venger ses compagnes. Comme Judith, elle s'arma d'un instrument tranchant, aguicha le galant, s'en laissa conter et lorsque le contrebandier devient plus pressant, elle sortit sa serpe de sous son cotillon...Plus infortuné qu'Abelard, l'Allumétaïre se traîna pour y mourir dans la balme où jamais plus on n'a habité."

 

Et d'autre part, c'est qu'en plus d'être une balme et un roc curieux, il y a aussi un rocher tremblant qui coiffe son sommet. A l'intérieur, en guise de décoration, un "crapaud" trône. (Concentration de microcristaux de couleur différente de la masse du granit)

Quel dommage que cette curiosité du Sidobre soit si peu connue...



02/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres