Sidobre terre de légende

Saint-Salvy de la Balme

Cette partie du Sidobre est clairement délimitée :

 

- Au Nord par la D 622

- A l'Ouest par la route de la Sigarié

- Au Sud par les carrières bordant la D66

 

La raison de leur implantation provient du fait que la couleur du granit est ici plus bleutée ("le granit bleu du Sidobre") que sur le reste du massif.

 

Aussi, si Lacrouzette est la capitale industrielle du Sidobre, Saint-Salvy de la Balme est la citée des carriers.

Typiquement sidobrienne, cette commune, enclave du canton de Mazamet s'appelait autrefois Saint Salvy des Rochers. C'est alors un belvédère de choix sur les massifs de la Montagne Noire.

L'originalité de Saint-Salvy n'est guère dans son enceinte mais dans son chaos tout proche qui a donné son nom au village et pour cause, l'on a à faire au plus grand chaos du Sidobre composé de masses les plus volumineuses qui soient. "Le chaos de la Balme".

 

Le nom de ce chaos est attribué à la balme située au sud-ouest du village. Elle se compose d'un bloc de très grand volume, soutenu par d'autres rochers, qui forme un abri couvert pouvant contenir sans mal un petit troupeau.

Ce chaos rend hommage au défunt empereur corse avec le chapeau de Napoléon aux formes plus évocatrices que celui de (feu) Sept-Faux.

Au bas du chaos, l'on trouve également la cabane du Loup...bien qu'il n'y  ait plus de loups depuis longtemps...

 

Dans la vallée du Lézertou qui est située à l'ouest de St Salvy, deux curiosité y résident : la Balme et les jumeaux Albert.

C'est une balme originale dans la mesure où elle cache une vaste salle dont l'importance de celle-ci ne peut être soupçonnée depuis l'extérieur.

En continuant vers l'ouest à 80 m se trouvait l'un des jumeaux Albert qui tremble très facilement, le second jumeau lui était à une trentaine de mètres en contrebas.

(vous aurez constaté que pas mal de rochers se visitent en employant l'imparfait.....)

C'est Raymond Nauzières qui les avait fait connaître dans son guide de 1905 après indications du carrier-propriétaire de l'époque...M. Albert (d'où le nom).

Tout proche de la D66, un immense affleurement granitique servait d'aire de battage du grain et était la plus grande connue du plateau. Hélas, cette curiosité unique en Sidobre a été recouverte de déchets de granit en provenance d'une carrière toute proche.

 

Sur la route de la Sigarié, après avoir fait 1 km environ en venant de St Salvy, André Colrat et André Denis auteurs du guide de 1951 ont découvert là deux beaux rochers tremblants. Nommés donc Jumeaux des André, le 1er mesure près de 6 m et oscille très facilement, le 2nd est lui plus arrondi et moins volumineux. Aux dernières nouvelles, ils semblent encore être de ce monde...



04/05/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres