Sidobre terre de légende

SEPT-FAUX

Au Sud-Est du lac du Merle et frôlé par D622 Castres-Brassac, le hameau de Sept-Faux cache l'un des plus volumineux rochers tremblants du Sidobre.

 

Pourquoi ce nom ? Selon certains, c'est parce que 7 familles y résidaient et pour d'autre, c'est 7 hêtres ("fau") qui s'y trouvaient.

Au mileu de ce hameau se dresse donc le RT de Sept Faux. En voici la description faite par Raymond Nauzières :

 

" Il a la forme d'un bateau dont la poupe supporterait un autre bloc d'un volume moindre quoique fort respectable. En appuyant un levier sous la proue d'une façon lente et soutenue, on met toute la masse en mouvement. Le rocher sur lequel repose le levier semble avoir été placé là à cet effet. Quand l'impulsion est bien donnée, on voit cette énorme masse osciller près d'une minute après que l'on a cessé les pesées."

 

Afin de limiter son balent, il a été fixé une chaîne faisant de lui le seul rocher tremblant domestiqué du Sidobre.

Ses dimensions sont de 7.10 m de haut, le rocher supérieur mesure à lui seul 9 m de long sur 3.10 m de large. Son poids est estimé à 900 t. 

 

De l'autre côté de la route, en contrebas du grand virage, le sphinx de Gizeh scrute paisiblement la circulation. Voilà qui nous change des vaches...

 

Les rochers détruits de ce secteur

 

Hélas, mille fois hélas, il y avait myriade de curiosités autour du RT de Sept Faux qui ont disparu dans les carrières ouvertes aux alentours...

Commençons donc par la mésaventure arrivée à l'énorme roc en forme d'étrave de navire, appellée le "Croiseur", prolongement du socle d'un des jumeaux Valat (détruits plus tard) qui a été détruit volontairement par un carrier malgré les avis défavorables. 

Cet évènement survenu en 1958 provoqua un conflit qui mit fin à la belle aventure de l'association des amis du Sidobre, amenant la démission de son président fondateur, M. Germain GABAUDE alors maire de Burlats, et le retrait de ses animateurs, découragés par la l'incompréhension des carriers de l'époque. Reste une photo que j'ai mise dans la rubrique "Le Centre" pour vous rendre compte que ce rocher était majestueux.

 

Non loin de là se trouvait la "Petite Peyro Clabado" nommé ainsi à cause de l'analogie de ses formes d'avec sa grande soeur....

 

Dans cette même zone trônait le "Roc Fendu", qui donnait le sentiment d'avoir à faire à un énorme crâne dont la machoire aurait été scéllé.

Près de là se trouvaient les "jumeaux Valat", distants d'à peine 5 mètres. C'est Raymond NAUZIERES qui les a nommés ainsi pour honorer son amis, le photographe castrais VALAT (qui avait fait beaucoup de photos sur le Sidobre).

Certes, ces rochers n'étaient pas aussi imposants que le RT de Sept-Faux mais suffisaient à flatter l'oeil, d'autant que l'un deux posé en surplomb oscillait avec une grande amplitude.

 

A l'est du hameau, une aire de granit servaient aux habitants de Sept-Faux pour battre le grain. La légende en faisait la salle de bal des farfadets d'autrefois.

Près de là se trouvait un rocher de gros volume, haut de 5m et long de 10m qui évoquait grossièrement "le chapeau de Napoléon". Juste à côté se trouvait un rocher tremblant de taille inférieure.

Tout à côté, une grande assise surélevée laissait admirer les "jumeaux Bienvenu" du nom de l'assistant du photographe VALAT. C'était 3 blocs sagements alignés dont 2 tremblaient facilement.

Il reste les photos dans la rubrique adéquate pour se faire une idée de ce qu'ils étaient...

 

 



03/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres