Sidobre terre de légende

....Sidobre

Après avoir fait le tour des principales curiosités du Sidobre, il est alors difficile de rester insensible au côté mystérieux de ce massif granitique. Bien que pas de mal de curiosités sont -ou vont être- répertoriées sur ce blog, l'on peut encore découvrir sur les secteurs vierges de toute exploitation, des balmes, des rochers curieux et tremblants. Ils pourront ainsi être nommés de par la forme évoquée. Profitons-en car "il n'est pas de point sur le globe où les roches branlantes soient réunies en aussi grand nombre sur un si petit espace" (A. STEYRAL).

 

Raymond NAUZIERES, qui écrivit le 1er écrit sur le Sidobre en 1905, cite d'autres régions de France où l'on trouve de telles curiosités :

- Huelgoat et Ploumanach en Bretagne

- Fermanville dans la Manche

- Livernon dans le Lot

- Saint-Estèphe dans la Gironde

- Uchon près d'Autun

- Veix dans la Corrèze

ainsi que dans le Puy de Dôme, l'isère et les Deux-Sèvres.

"C'est le Sidobre, disait un éminent géologue, qui est un des coins les plus vieux du monde que je connaisse" et ne citait qu'un exemple semblable en Amérique du Sud.  

 

En sous-sol, la réserve de granit est inépuisable mais  ce serait abject de vouloir dégrader le patrimoine géologique qu'il y a en surface. Celui-ci qui est d'un caractère exceptionnel ne bénéficie pas, à ce jour, d'une protection digne de ce nom afin d'assurer à la fois l'intérêt général du tourisme et de l'industrie du granit. 

 

Est-ce sans doute pour la raison évoquée par Pierre BOREL qui s'est intéressé le premier aux "Pierres du terroir de Castres" dans son ouvrage "les Antiquités de Castres" imprimé en 1649 :

 

"La plupart des hommes ont accoustumé de se rendre plus sçavans des païs estrangers que de leur propre patrie, mesprisans mesme ce qui s'y trouve de remarquable..."

"Je vous diray que nous avons près ce que les autres avoient de loin mais, par une mauvaise coustume establie de toute ancienneté, nous mesprisons les choses que nous possédons et recherchons avec ardeur celles qui sont reculées de nous".

 

D'autres auteurs ont perçu le massif du Sidobre comme étant une concentration de monuments élevés par l'homme. C'est l'avis du chevalier Dumège dans son mémoire sur les monuments celtiques du Tarn qu'il écrivit en 1820. C'est aussi celui de Magloire NAYRAL dans son ouvrage "Chroniques et antiquités castraises" paru en 1837. Plus près de nous, Raymond NAUZIERES n'écarte pas totalement cette hypothèse lorsqu'il écrit :

 

" Il est possible que certains groupements de roches tels entre autres qui, situés à l'est des plus beaux rochers tremblants, évoquent le souvenir du ternaire cher aux peuples de l'antiquité, soient des monuments dus à la main des hommes. Dans la répartition de certaines masses sur certains points, dans le groupement de certains blocs, on découvre aussi, parfois des ressemblances et des symétries singulières."

 

Naissance du Sidobre

 

La aussi, l'origine de ce massif engendre aussi son lot d'hypothèses. Pierre BOREL plaisante en affirmant que Jupiter a fait pleuvoir en ces lieux les pierres du ciel quand il défit les voleurs Albion et Bergion...

 

"Car le mot de Sidobre veut dire en grec "pluie céleste" et puis le nom d'Albi pourrait venir du susdit Albion".

 

Simplement, il pensait que le nom Sidobre vient de "sine opere" (sans travail, sans cultures). Mais cette étymologie est contestée et aucune explication définitive n'a encore été donnée sur l'origine de ce mystérieux toponyme.

Une théorie selon laquelle le Sidobre serait un ancien glacier et ses rochers des blocs erratiques, a aussi été avancée. Elle a été définitivement écartée.

C'est le professeur CATHALA, qui l'un des premiers dans son "Esquisse géographique sur le Sidobre" parue en 1908, a sérieusement étudié les effets de l'érosion du Sidobre dont en voici l'explication rationnelle :

 

" A l'époque primaire, la surrection de la Montagne Noire provoqua l'avènement du Sidobre. La mer, qui au cambrien occupait notre région, fut à la fin de cette période, rejetée par un bombement de l'écorce terrestre sur les 2 bords du synclinal qu'elle emplissait. Au dévonien supérieur, la mer était cantonnée sur le versant sud, la ride médiane formée au cambrien s'était donc surélevée. La Montagne Noire avait surgi, atteignant des attitudes trois ou quatre fois supérieures à celles auxquelles elles se hausse péniblement aujourd'hui.

 

 A la fin de cet exhaussement, le sol se plissait et se faillait. Grâce à ces failles, le massif Sidobrien fut mis à jour. 

Ensuite, le granit fut attaqué par des agents atmosphériques et cela depuis des millénaires car le Sidobre est toujours resté émergé, même lorsque les mers secondaires recouvraient le massif du Rouergue qui lui, s'était enfoncé. Aucune couverture sédimentaire n'étant venue le protéger, les intempéries ont, au cours des siècles, donné au Sidobre son modèle contemporain. 

L'eau est l'agent d'érosion le plus actif. Car le granit du Sidobre n'est pas une roche à grain fin. Il est caractérisé par la présence de cristaux de feldspath qui le rendent perméable à l'eau. Plus les clivages sont nombreux, plus vite les cristaux de feldspath sont décomposés par les inclusions aqueuses ; plus ils sont rares, plus la transformation en argile kaolinique est lente. De cette inégalité provient le modèle du roc. Le feldspath décomposé fait place à une sorte de sable "l'arène" que le ruissellement entraîne peu à peu. D'où les éboulis qui, au long des siècles, formèrent les chaos que nous connaissons. 

Débarrassés de leur gangue d'arène, des noyaux granitiques sont restés, certains jonchent le sol, d'autres sont demeurés en équilibre stable ou instable, formant agglomérations, superpositions curieuses ou rochers tremblants.

Les talus de certaines routes prouvent le bien-fondé de cette explication en laissant apparaître des noyaux de granit encore enrobés dans leur gangue d'arène. L'arène constitue le sol du Sidobre. Au dessus, depuis des milllénaires, des milliers de fougères et de  bruyères se sont putrifiées formant une mince couche de terre végétale."  



23/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres